Accueil Atelier Atelier de validation de l’étude d’opportunité sur la mise en place d’un instrument de tarification carbone au Sénégal
Atelier de validation de l’étude d’opportunité sur la mise en place d’un instrument de tarification carbone au Sénégal

Atelier de validation de l’étude d’opportunité sur la mise en place d’un instrument de tarification carbone au Sénégal

0
0

Un nombre croissant de pays, y compris en Afrique ont commencé à considérer l’opportunité d’introduire des instruments de tarification carbone pour leur action climatique, telle que prévue dans leur Contribution Déterminée au niveau National (CDN) sous l’Accord de Paris.

L´atelier de validation de l´étude « Instruments Collaboratifs pour une Action Climatique Ambitieuse (CI-ACA) » a eu lieu le 20 décembre 2018 à Dakar, Sénégal. Environs 40 participants sénégalaises, représentant différents ministères, institutions, ainsi que la société civile ont pris part à cet atelier.

Les analyses et consultations menées dans le cadre de l’étude ont identifié la taxe carbone, notamment sur les grands émetteurs de gaz à effet de serre comme l’instrument le plus approprié. La taxe carbone pourrait s’appliquer aux secteurs suivants identifiés comme les plus prometteurs :

• La production d’électricité,

• La production industrielle dont le ciment,

• Le secteur pétrolier et gazier,

• Les déchets solides et liquides.

Les participants à l’atelier ont exprimé le souhait que la taxe soit dans un premier temps neutre en revenus au niveau des consommateurs finaux, puis évolue de façon à financer l’action climatique (adaptation et atténuation). Les contributions des participants à la discussion ont également amené des propositions pour élargir l’action de la taxe qui pourrait être utilisée en conjonction avec des crédits carbones, certains secteurs pouvant être sources de demande, alors que d’autres secteurs pourraient bénéficier d’investissement (comme par exemple le secteur forestier).

Trois axes importants ont été souligné afin de mettre en place de façon concrète un tel instrument :

(i) Sur la base du travail accompli, une étude approfondie serait nécessaire afin d’élaborer une proposition détaillée, ainsi que les éléments liés aux risques, opportunités, menaces et opportunités liées à la taxation carbone puissent être valablement adressés ;

(ii) Un financement serait par conséquent nécessaire ;

(iii) La proposition finale devrait être inclusive et partagée par toutes les parties prenantes.

L´atelier de validation et l´étude CI-ACA ont été réalisé grâce aux contributions volontaires provenant des gouvernements d’Allemagne, du Québec, de Norvège, de Suède et de Suisse ont été réalisés pour le compte de la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DECC) et du Comité National sur les Changements Climatiques (COMNAC). L’étude et l´atelier ont par ailleurs reçu l’appui du Centre Régional de Collaboration (CRC) de Lomé ainsi qu’un appui financier de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).